Pourquoi je n’utilise pas de zoom

Vue rapproché du zoom 24-120mm f4 Nikon af-s nikkor - Gregoire photographe

Et surtout pourquoi vous devriez faire de même ! Je vais vous parler lumière, ouverture mais surtout créativité. Outil indispensable en reportage la focale fixe devra sublimer vos photos. Mais pour ça il va falloir être réactif, explications !

Le zoom trop gros trop lourd ?

A la grande différence des focales fixes, le zoom est lourd, gros, encombrant.

Le mot zoom par sa définition est un objectif à focale variable, c’est un ensemble de lentilles en verre se déplaçant à l’intérieur d’un cylindre généralement en alu, pour permettre un grandissement dans le but de changer l’angle de champ et donc la vision de l’ensemble.

En gros ce sont des groupes de lentilles (non pas les fabacées) qui se déplacent pour modifier l’angle de champ.

Qu’est-ce qu’un objectif à focale fixe ?

Selon Wikipédia, les objectifs à focale fixe signifient que la distance focale de l’objectif ne varie pas, alors que sur les zooms vous avez un « range » de focale, par exemple 18-55mm. La focale est toujours mesurée en millimètre.

La focale fixe a une seule et unique mesure, par exemple 35mm ou 50mm. Pour vous faire une idée, si vous avez un reflex à la maison essayez de faire tout une sortie photo sans toucher à votre zoom, c’est ça la focale fixe !

Angle de champ

Sans entrer trop dans les détails techniques, l’objectif est un angle de champ, en rapport avec le capteur « le foyer » de l’appareil photo. Ce qui permet de déterminer une distance focale.

Angle de champ - Gregoire photographe

Comparaison Focale fixe versus Zoom

Les téléobjectifs

Dans notre langage de photographe on parlera plutôt de téléobjectif, qui par sa définition permet de se « rapprocher d’un sujet éloigné », et cela sans bouger les pieds. Cela permet sans bouger de serrer ou au contraire fondre le sujet dans le contexte.

Mais le zoom permet surtout de réduire l’encombrement d’une longue focale fixe. Je vous laisse taper dans google Nikon 800mm f5,6 ou 400mm f4 par exemple pour vous rendre compte de la taille des engins…

Mais zoom ou téléobjectif ça reste du pareil au même je vous l’accorde !

Les focales fixes

Cette dernière en photographie permet de n’avoir qu’un seul « range », qu’une seule distance focale. Mais vous allez me dire mais quel est l’intérêt ?

Pour la petite histoire les focales fixes existaient avant le zoom… à l’achat de votre appareil photo vous n’aviez pas vraiment le choix !

Mais je parle d’un temps très ancien ou les appareils photos (argentique à l’époque) étaient hors de prix pour le commun des mortels, je pense au Leica, Hasselblad ou autre Rolleiflex.

Ne les cherchez pas à la Fnac c’est peine perdue. Ils ont leurs places dans les musées ou pour les collectionneurs fortunés mais revenons à la photo. L’avantage certain de la focale fixe c’est la lumière et bonne nouvelle c’est précisément ce qui nous intéresse en photographie.

On parle ici d’ouverture et donc de la quantité de lumière qui arrive jusqu’au capteur mais aussi l’unique angle mis à disposition par l’objectif.

Schéma de champs de prise de vue des focales fixe - Gregoire photographe

La profondeur de champ

Voici un point un peu plus technique puisque la profondeur de champ est la zone de netteté de la photo. Plus elle est courte plus l’on détache le sujet de son environnement.

La profondeur de champ a un lien direct avec l’ouverture de diaphragme. Plus le diaphragme est ouvert plus la profondeur de champ est court, encore un avantage de la focale fixe qui ouvre beaucoup plus qu’un zoom.

En reportage photo

Voilà pour les définitions maintenant passons au fait. Souvent lors d’un reportage j’entend : « vous avez vu son super zoom ? ».

A ce moment on passe pour un pro avec du matos super cher, la discution s’engage bref, on passe pas inaperçu ! Alors que c’est souvent préférable d’être discret, léger, réactif surtout en reportage de mariage par exemple !

Encore un avantage aux focales fixes beaucoup plus légères et plus compactes qu’un zoom.

Et la lumière fut!

Ouverture

A mon sens LA raison principale qui m’a poussé à faire ce choix sur mes objectifs est plus la lumière… Notre travail de photographe n’est pas justement de maitriser la lumière non?

Une focale fixe est beaucoup plus lumineuse qu’un zoom car elle ouvre plus grand, souvent à f1.8 ou f1.4, voir même f/1,2 dans la série L de chez Canon.

Ces données sont en rapport avec la quantité de lumière que l’on amène jusqu’au capteur, plus les f sont petits plus vous avez de quantité de lumière disponible (et de profondeur de champ pour le coup).

Par exemple un 50mm Nikon 1,4g (af-s) « ouvre » 8 fois plus (de lumière) qu’un zoom démarrant à f4…

La quantité de lumière étant mesurée en stop ou IL (indice lumière). Un IL correspond à deux fois plus de lumière qui rentre dans l’appareil. On obtient ceci : f1.4 => 1 stop => f2 => 1 stop => f2.8 => 1 stop => f4 etc…

Donc la focale fixe a l’avantage de l’ouverture !

Photo et créativité

Seulement voilà, le problème c’est qu’il faut aller chercher la photo ! Vous n’avez pas de zoom mais vous avez des jambes !

Donc à vous de bouger, de reculer, d’avancer, trouver l’angle de prise de vue idéale pour mettre en valeur vos sujets. Cela vous oblige à être créatif, d’aller chercher le cadrage qui convient.

Ce n’est pas de tout repos je vous l’accorde mais on s’oblige à se concentrer sur le cadrage et la composition.

Ce qui booste votre créativité et vous oblige à trouver l’angle de prise de vue idéale.

Oui le zoom rend feignant, oui le zoom c’est toujours celui qui a le plus gros ! Dans les faits le zoom est contraignant sur la « quantité » de lumière et la fameuse ouverture, qu’on ne peut pas compenser avec les jambes… Vous me suivez ?

Les zoom démarrent pour les versions pro à f2,8 pour les meilleurs ce qui reste assez lumineux quand même, attention également au prix, mais à vous de faire votre choix !

Bokeh

Le bokeh est le flou d’arrière plan sur une photo, ce terme vient du japonais « boke » qui signifie flou.

Ce terme est apparu dans le milieu des années 90 dans les livres photo.

Lorsque la profondeur de champ est courte voire très courte, quand le diaphragme est ouvert en grand, vous obtenez de très jolies formes rondes à l’arrière du sujet. On parle alors de bokeh artistique très apprécié.

Plus le diaphragme aura de lamelles plus le bokeh sera rond et régulier.

Floraison d'une fleur de bougainvilliers dans un temple au Sri Lanka - Gregoire photographe

Anecdote de photographe de voyage

Je vais vous raconter une anecdote intéressante.

Un jour j’ai changé de boitier, je suis passé d’un aps-c à un reflex plein format 24*36 de chez Nikon un D610 (venant du D7000 qui est un très bon boitier APS-C au passage).

Me voilà donc avec mon reflex flambant neuf pour ce voyage, j’ai fait aussi l’acquisition d’un objectif Tamron 24-70 f2,8. Oui je sais mon PEL en a pris une claque ce jour là ! Mais la passion pour la photo n’a pas de prix !

Dans mon esprit je voulais impérativement de la polyvalence.

Sauf qu’un reflex plein format avec un zoom comme celui là, on se retrouve avec 1,7kg autour du coup. On ressent vite un déséquilibre du boitier vers l’avant, de plus la sangle d’origine (le pire) est très mal conçue.

Elle est uniquement là pour la déco et le marketing avec son magnifique logo du modèle du reflex en gros et en jaune bien flashy dessus, bref on repassera. Elle vous « scie » l’épaule et le coup, c’est une horreur absolue.

Après une journée de marche à déambuler dans les rues d’une célèbre ville romantique du nord de l’Italie, on a la marque physique de la sangle. Vous l’aurez compris je n’ai pas réellement pris mon pied en temps que photographe sur ce séjour.

Après plusieurs jours de voyage je me suis juré qu’on ne me m’y reprendrait plus…

Vacciné contre le zoom ?

On pourrait dire que oui, je ne reste pas obtus sur le sujet, mais il y a bien des pratiques, bien des façons de faire de la photo : le studio, les voyages, culinaires, portraits ou paysages.

Toutes ces pratiques où parfois le zoom est préférable à la focale fixe pour faire des photos simplement sans chercher la créativité à tout prix.

Une derniére mise au point

Ca pique?

Il y a un autre point non négligeable dans l’achat des focales fixes c’est le prix. Oui une focale fixe coute moins chère à l’achat qu’un zoom.

Par exemple prenons ce fameux Tamron 24-70 f2,8 (encore lui !), il coute dans les 819€ neuf. Pour ce prix la, vous avez deux focales fixes !

Par exemple le 50mm 1,8g (189€) chez Nikon et le 85 1.8g (389€) toujours chez Nikon ou encore un 28mm 1,8G (588€) et le 50mm 1,8G pour le même prix.

Vous noterez que le 50mm f/1,8 est, que ce soit chez Nikon ou chez Canon, l’objectif le moins cher de la gamme et cela pour moins de 200€.

C’est un indispensable de la besace du photographe mais il fera l’objet d’un article de blog à lui tout seul.

Conclusion zoom pour la polyvalence, fixe pour les créatifs ?

J’ai personnellement fait mon choix dans mon parc d’objectif depuis longtemps !

Je ne dis pas mort au zoom mais il va falloir avoir une raison très solide pour qu’un nouveau zoom arrive dans mon sac photo !

Alors pour résumer : oui bien sur les zoom vous aurez la polyvalence !

Mais le poids et l’encombrement en sus. La focale fixe c’est la légèreté, la créativité et la luminosité.

Mais il y a des chances pour que vous vous retrouviez coincé de temps en temps avec un instant magique à capter mais avec le mauvais objectif monté sur votre boitier…

J’espère que cette explication vous a plu, ce sont des choix à faire selon ses besoins, son expérience, son budget, etc…

Vous avez des questions, n’hésitez pas à les poster dans les commentaires.

A bientôt

Greg

18 réponses
  1. emmanuel
    emmanuel says:

    Bonjour Grégoire, votre graphique sur les angles de champ est faux, comme de nombreux autres que l’on trouve sur internet d’ailleurs. Les angles donnés sont des angles de champ en diagonale et non en horizontal. Ainsi, un 35mm donnera 54 degrés en horizontal et non 64! Ca change quand meme pas mal de chose, surtout si des gens décident de choisir une focale en fonction de ce graphique! A tout ceux qui lisent les infos sur le net, essayez de tout vérifier par vous même. Merci

    Répondre
  2. Didiee
    Didiee says:

    Bien que n’ayant que des focales fixes (12, toutes de la série L de Canon) je ne partage pas l’argument du poids, le 85mm f/1,2 ou encore le 17 TSE pèsent un âne mort pour ne pas parler du 300mm f/2,8 De plus lors d’une ne sortie randonnée en montagne par exemple, c’est, le 300 pour les bébêtes, le 14 pour parce que c’est comme ça, le 24 si je peux (je l’ai toujours avec moi…. si je couple cela au 1DX Mark II il faut prévoir le sherpa…
    dans mon cas c’est sentimentale la fin cale fixe et c’est aussi par fainéantise, je n’est pas à choir, je me déplace autour du sujet et peaufine mon cadrage sur pied

    Répondre
    • Alex
      Alex says:

      Bonjour Didiee,
      tu parles de focale fixes à très grandes ouvertures, aussi. Le zoom qui a la plus grande ouverture sur plein format qui couvre le 85mm c’est un 70-200 f/2.8, 50% plus lourd que le 85 f/1.2 pour 2.5IL de mieux. Si tu ne shootes qu’au 85mm, ça pèsera moins de prendre un 85 f/1.2 (et encore moins un 85 f/1.8, 3x moins lourd que le 70-200, si on se contente de l’ouverture f/1.8). Le 300 f/2.8 fait 2.4Kgs, des zooms qui proposent 300mm à f/2.8 c’est par exemple les Sigma 120-300, 3.3Kgs, et 200-500…15.7Kgs! Donc oui, à moins de comparer une focale fixe à très grande ouverture à un zoom f/3.5-5.6 ou f/5-6.3, le poids est un argument.

      Répondre
  3. Dominique
    Dominique says:

    Juste une question à propos des zooms vs focales fixes : pourquoi les photographes professionnels se baladent-ils avec plusieurs boîtiers chacun équipé de sa focale fixe (d’ailleurs pas toujours) ? Vous pensez vraiment qu’un amateur peut s’offrir ce luxe au prix ou sont ces cailloux super lumineux…

    Répondre
    • Gregoire
      Gregoire says:

      Un 50mm 1,8 c’est pas très cher je trouve! Avoir deux boitiers est un vrai plus en reportage avec deux focales différentes c’est juste du bonheur sur un mariage ! (Deux D750 50mm et 28mm pour ma part) Et surtout si un des deux tombent en panne on connu de travailler quand même. Pour un amateur c’est pas nécessaire…

      Répondre
  4. Foudedune
    Foudedune says:

    Bonjour Grégoire, merci pour le sujet (intéressant), et tout à fait d’accord avec les différents commentaires. Pour moi, c’est fixes + zooms selon l’usage. En lisant ton plaidoyer sur les fixes, j’ai pensé à mon zoom Sigma 18-35 1.8 Art (DX), que j’utilise comme un « triple fixe » (trois focales en un seul, équivalent FX 28, 35 et 50mm) ; piqué incroyable ; ouverture à 1,8 : What else ? Et pour le compléter, dans la même veine, on a le Sigma 50-100 1.8 Art (DX). En mariage, ces deux là font des merveilles. Ce qui ne m’empêche pas d’utiliser par ailleurs, en macro, les 60 2.8 et 105 2.8, ou en portrait le 85 1.8. Pour les paysages, mon préféré, c’est le 14-24 2.8. Mince, c’est un zoom !

    Répondre
  5. Alex
    Alex says:

    Juste pour préciser que je n’avais pas lu le commentaire de Philippe avant, sinon j’aurais juste mis un +1 à son commentaire lol. Enfin, j’aurais quand même rajouté que sa remarque sur les ISO ne change rien sur l’argument de l’ouverture plus grande, car la montée en ISO ne permet pas d’agir sur la profondeur de champ.

    Répondre
    • Gregoire
      Gregoire says:

      Ca c’est de la réponse Alex! Le but de mes articles est aussi de pousser les photographe amateurs comme passionnés à faire autre chose que l base simple de la photo. Je n’oblige personne à vendre leur zoom et passer en focale fixe mais j’aime le fait que la créativité ne viens toute seule…

      Répondre
      • Alex
        Alex says:

        « Pour la petite histoire les focales fixes existaient avant le zoom… », du coup la focale fixe c’est la base simple de la photo, non? C’était pour taquiner .
        Moi-même après avoir envoyé le commentaire et vu le pavé je me suis dit « tu t’es lâché un peu… » lol. Mais j’estime que la créativité doit surtout venir du photographe. Dans un autre article j’ai même lu qu’un 50mm contribue à développer le regard photographique…l’argument se tiendrait si 50mm était la seule focale disponible sur un appareil photo, car le regard d’un 24 ou d’un 85mm n’est pas le même que celui d’un 50. Tu peux acheter un 24 et un 35 à côté, mais ça fait 3 objectifs là où un 24-70 le permettra seul.
        Et je dis bien ça en tant que fan de focale fixe, notamment le 50mm ^^. Mais quand j’ai débuté, j’avais déjà un 50mm et en revoyant mes photos de l’époque je me rends compte que même au 50mm sur certaines photos je suis resté assis et j’ai shooté sans chercher à peaufiner ma photo. En fait, j’ai plus appris à bouger avec le 24-70 Tamron qu’avec le 50. Il n’y a pas que la fainéantise qui joue mais aussi l’ignorance .

        Répondre
        • Alex
          Alex says:

          Salut Grégoire,
          je me doutais que le lien vers un autre site poserait problème . Donc pour résumé, le site que je t’avais mis en lien parlait des zooms et des 10 raisons de préférer un zoom, or la plupart des arguments sur la créativité attribués souvent aux focales fixes étaient sur ce site attribués aux zooms ^^. Comme quoi, la créativité dépend avant tout du photographe, beaucoup plus que de son objectif.

          Répondre
          • Gregoire
            Gregoire says:

            Salut Alex, j’en parle dans mes articles! L’appareil photo est un outil comme le peintre a un pinceau ou un dessinateur un stylo. L’important est d’être créatif et de shooter,shooter, shooter encore!

            Répondre
  6. Alex
    Alex says:

    Salut Grégoire,
    je suis d’accord sur tous les aspects techniques, mais absolument pas sur l’aspect créatif. On trouve énormément d’articles qui sous-entendent ou, comme ici, affirment que le zoom rend fainéant et associe la focale fixe à la créativité. Or, celui qui dit « eh, pourquoi tu te déplacerais, t’as qu’à zoomer! » ce n’est pas le zoom (je n’ai d’ailleurs jamais entendu un zoom dire quoi que ce soit) mais le photographe. Un zoom n’empêche pas de se déplacer, c’est la fainéantise du photographe qui fait qu’il ne se déplace pas et un photographe passionné ne deviendra pas fainéant parce qu’il a un zoom ni ne deviendra passionné parce qu’il a une focale fixe, soit il est passionné et il apprendra à tourner autour de son sujet quelque soit son objectif soit il est fainéant et il ne se fatiguera pas plus avec l’un ou l’autre. Pour reprendre ton article: « Pour vous faire une idée, si vous avez un reflex à la maison essayez de faire tout une sortie photo sans toucher à votre zoom, c’est ça la focale fixe ! », qui démontre bien qu’on peut utiliser un zoom comme une focale fixe (la réciproque, en revanche…). Je dirais même que le zoom devrait impliquer d’être moins fainéant, puisque la question « quelle focale vais-je choisir pour ce sujet? » nécessite une réponse, donc un choix réfléchi du photographe, alors qu’elle ne se pose pas avec une focale fixe. Au contraire, avec une focale fixe, si la réponse à cette question c’est « une focale que je n’ai pas », je suis forcé de chercher un cadrage qui n’aura pas été mon choix de départ voire m’empêchera de faire la photo. Tu vas me dire tant mieux si ça force à se bouger pour trouver un autre cadrage, sauf que là aussi le zoom n’empêche pas de le faire.
    Exemple, je me trouve devant un sujet et j’estime que la photo que je voudrais prendre devrait être faite au 85mm, malheureusement je n’ai qu’un 35mm, qu’à cela ne tienne je trouve un autre cadrage qui donnera une belle photo avec mon 35mm. Je reviens avec un 24-105 (ou 24-120 ça dépend la marque), si je suis fainéant je fais la photo au 85mm et je m’en vais, si je ne le suis pas je ferai les 2 photos parce que je le peux. En réalité, ce n’est pas en incitant de passer aux focales fixes qu’on permettra aux autres de devenir de meilleurs photographes mais en les incitant à tourner autour du sujet, même s’ils ont un zoom. Il est curieux de la part de photographes expérimentés de dire que le matériel ne fait pas le photographe pour ensuite prétendre que le manque de créativité viendrait de ce matériel, pourtant c’est bien au photographe de se montrer créatif peu importe le matériel qu’il emploie.
    Alors oui, dans l’exemple tu pourras faire avec la focale fixe une photo prise au 35mm à f/1.4 alors que les deux à 35 et 85mm avec le 24-105/120 seront au mieux à f/4. Mais si on estime que la limite d’une focale contribue à la créativité, le limite de l’ouverture d’un zoom peut l’être aussi (après tout, avec une focale fixe on peut se dire « bah j’ai qu’à ouvrir à fond » alors qu’avec le zoom il faudra jouer avec la lumière). Malgré tout, et c’est pour ça que je suis d’accord sur les aspects techniques, l’ouverture plus importante est pour moi le principal avantage des fixes.
    A propos de l’anecdote, le désagrément de la sangle vient surtout du fait qu’elle soit merdique pour être allé dans la même ville avec exactement le même couple boitier/objectif mais une sangle sérieuse, le poids de l’appareil se faisait beaucoup moins sentir et je n’ai pas ressenti de déséquilibre particulier. Après, ça dépend aussi de l’encombrement et du poids que le photographe acceptera de transporter.
    Donc, à mon sens, oui pour la polyvalence et la facilité (dans le sens pas besoin de changer de focale) avec les zooms, oui pour la luminosité et la profondeur de champ avec les fixes mais oui pour la créativité avec le photographe ^^. Pour le poids et l’encombrement ça dépend aussi de ce que le photographe accepte ou non. Pour le prix ça dépendra aussi du photographe, d’ailleurs, soit il estime que les trous entre 28 et 50 ne sont pas importants pour lui, soit il estime qu’il aurait plutôt besoin de 24-35-50 et dans ce cas les 3 objectifs lui couteront plus cher que le 24-70 Tamron, et je ne parle même pas (enfin si, j’en parle du coup) d’un 70-200 f/2.8 qu’on peut trouver chez Sigma et Tamron au même prix voire moins cher que le seul 135 f/2. Toi-même qui a 28-50-85, le prix des 3 permet largement d’avoir un 24-105 f/4 ou même un 24-85 f/3.5-4.5 (chez Nikon) qui te laisserait encore assez pour l’ancien 70-200 f/2.8 Tamron.
    Bref, ce n’est que mon avis, mais le choix focale fixe/zoom ne devrait être pris principalement que dans le sens grande ouverture vs grand choix d’angle de vision. Il faut savoir aussi prendre du recul sur sa pratique, par exemple la discrétion et la réactivité sont des notions assez relatives (par exemple en mariage, dans le cas où tu dois changer de focale, un zoom est plus réactif qu’un fixe). Honnêtement, en mettant de côté la grande ouverture et ce qu’elle implique (profondeur de champ et luminosité), y a-t-il vraiment des photos que tu n’aurais pas pu faire avec un zoom aussi bien qu’avec une focale fixe. La créativité consisterait dans le cas d’une focale fixe à choisir une plus grande profondeur de champ et dans le cas d’un zoom à choisir entre différents cadrages.
    Dans un commentaire tu écris que c’est un parti pris, donc le titre est correct, en revanche la phrase qui suit « Et surtout pourquoi vous devriez faire de même ! » ne l’est pas. On PEUT faire comme toi, mais en aucun cas on ne le DOIT .

    Répondre
  7. Philippe
    Philippe says:

    Le vrai problème est moins le choix entre zoom et focale fixe, que l’apprentissage de l’usage raisonné des zooms ! Chaque focale fixe donne une rendu différent bien sur, et il serait bien utile que les utilisateurs de zooms comprennent que chaque position de la bague de zooming donne des résultats différents qu’ils doivent connaitre et maîtriser. Je suis de la vieille école des focales fixes, mais les zooms ont changés ma vie ( lorsqu’ils sont devenus vraiment bons… chez Nikon, 20-35 f/2.8 et 80-200 f/2.8 accompagnés d’un 50 f/1.4 … bien sur ! ). Soit la couverture totale en reportage, moins de manipulations ( et donc moins de risque d’entrée de poussières ) f/2.8 est une ouverture claire en visée et parfaitement gérable en prise de vue. Les appareils actuels ont des Iso élevés qui n’ont plus rien à voir avec l’argentique, ce qui permet des 400 iso à la finesse des 100 iso d’antan. Un 80-200 n’est pas plus encombrant qu’un 200mm et le poids de ce zoom n’est pas plus important que les 4 focales fixes qu’il remplace. Il en est de même du 20-35. Ces optiques en particulier, sont un peu d’un autre age, certes, mais ils ont l’avantage d’être particulièrement bien corrigés et ne demandent pas des corrections logicielles afin de redresser les aberrations sphériques des optiques plus récentes qui » piquent » peut être un peu plus ( quoi que ) . Enfin, l’investissement est vite calculé entre 8 focales fixes et 2 zooms pro. Les photographes utilisateurs de zooms devaient connaître le » rendu de chaque focale » tant en netteté qu’en profondeur de champs et flou d’arrière plan. Tester, regarder et comparer les résultats, s’en imprégner et sur le terrain, instinctivement, choisir la focale qui correspond au cadrage de leur sujet ! Personnellement, j’utilise mes zooms comme s’ils étaient des focales fixes, je ne joue jamais avec la bague de zooming à l’aveugle ( d’ailleurs, j’ai toujours regretté que les bagues de zoomming ne soient pas crantées sur chaque point de focale ) . Regarder sont zoom et se caler sur une focale bien déterminée demande moins de temps et de perte de concentration qu’un changement d’optique en cours de prise de vue. Un 28 mm ou un 105 mm donneront alors les résultats correspondants aux focales volontairement choisies. Il faudra bouger et se placer comme avec les focales fixes. C’est une philosophie, une technique qui fonctionne et est très simple ! Un photographe qui utilise des focales fixes doit connaître parfaitement les rendus de ses optiques, cela s’applique au zooms également. Mais en photographie, les choix et les usages sont très personnels et subjectifs, ce qui provoque depuis des décennies, des débats contradictoires et passionnés… zooms focales fixes ne déroge pas bien sur à cette règle… Bonne photos et bien cordialement – Philippe

    Répondre
  8. nicolas
    nicolas says:

    legerté autour du cou mais pas forcement dans le sac un unique Tamron 28-75 f2.8 pese 510g une triplette 28-50-85 sera plus lourde.
    avec mon fx qui monte relativement bien iso je suis regulierment obligé de fermer à f4 pour avoir suffisament de prise de champs donc une grande ouverture n’est pas toujours un avantage.
    le mieux et de se concentrer sur un fixe car si c’est pour switcher constament entre 3 ou 4 fixes on retombe dans la problematique du zoom quel focale choisir mais le coté pratique en moins, donc un fixe et pas 4 c’est la liberté sinon si ce n’est que pour etre plus creatif rien n’empeche de s’imposer comme challenge de ne choisir avec un zoom qu’une position 😉

    Répondre
    • Gregoire
      Gregoire says:

      Bonjour, oui le fixe a d’autre inconvénients mais au moins on s’oblige a s’inscrire dans une démarche. je ne prend jamais ma triplette mais juste un objectif supplémentaire, en voyage je ne prend bien souvent que mon 28mm…

      Répondre
  9. Fred LAURENT
    Fred LAURENT says:

    Voilà un article qui résume bien la problématique du choix entre un zoom et une focale fixe. Au moins ici, les portes ne sont pas fermées et les arguments avancés pertinents. J’ai failli me séparer des zooms encombrants et lourds pour ne conserver que les focales fixes mais j’ai tout de même gardé un 28-75 Tamron au cas où … Après, chacun fera son choix en fonction de ses habitudes, sa spécialité et ses envies. certains photographes célèbres ont fait le choix de ne travailler qu’avec une seule focale, comme Bernard Plossu et son 50 mm. Mais grâce à ce billet, les photographes devraient y trouver des réponses.
    A bientôt.

    Répondre
    • Gregoire
      Gregoire says:

      Merci de votre retour! je ne connais pas ce photographe, Perso je n’ai plus de zoom je garde seulement des fixes (14,28,50,85) c’est un parti pris pour être créatif et sortir de belles photos à chaque sortie même s’il m’arrive d’être parfois a coincé, j’assume!

      Répondre

Répondre

Want to join the discussion?
Feel free to contribute!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *